Labour Studies Index

L’action collective au sein des alliances syndicales internationales : deux études de cas contrastées

Document type Article
Author Hennebert, Marc-Antonin
Author Dufour-Poirier, Mélanie
Journal Relations Industrielles / Industrial Relations
Volume 68
Date 2013
ISSN 0034-379X, 1703-8138
Pages 3-24
URL http://www.erudit.org/fr/revues/ri/2013-v68-n1-ri0490/1014739ar/resume/

Abstract

Une des principales innovations syndicales en matière de régulation sociale des firmes transnationales réside dans l’émergence d’alliances syndicales internationales visant à fournir un espace de concertation et de développement de stratégies communes aux syndicats représentant les travailleurs d’une même firme. Sur la base de deux études de cas menées au sein de deux multinationales de différents secteurs et d’un corpus empirique incluant plus d’une centaine d’entretiens avec des syndicalistes de différents pays, cet article analyse la construction de l’action collective syndicale au sein de ces alliances. Partant de trois clés de lecture découlant d’autant de théories classiques de l’action collective – soit la théorie de la mobilisation des ressources, celle de la régulation sociale ainsi que celle dite de la structure d’opportunités politiques –, cet article met en relief certains facteurs déterminants du développement de cette action au sein des alliances syndicales internationales. Au-delà de l’importance pour les acteurs d’investir des ressources dans ces alliances, on observe que la formalisation organisationnelle de ces dernières, par l’intermédiaire de la définition de certaines règles d’organisation et la création de « centres » décisionnels, peut jouer un rôle déterminant dans leur propension à initier des actions collectives. Notre étude souligne également l’importance pour les acteurs syndicaux impliqués de définir un projet commun mobilisateur qui donne à la fois une cible et un sens aux actions planifiées. Au final, étant donné le bilan contrasté pouvant être tiré de ces deux cas, cet article met en lumière à la fois l’importante contribution potentielle de ces alliances au renouveau syndical mais aussi les nombreux obstacles qui se posent au développement de l’action syndicale internationale.