Labour Studies Index

Les effets possibles de la formation sur la productivité : l’apport de données longitudinales

Document type Article
Author Bernier, Amélie
Journal Relations Industrielles / Industrial Relations
Volume 69
Date 2014
ISSN 0034-379X, 1703-8138
Pages 366-387
URL http://www.erudit.org/fr/revues/ri/2014-v69-n2-ri01405/1025033ar/resume/

Abstract

Cet article analyse les effets possibles des dépenses de formation formelle sur la productivité des entreprises canadiennes. Si certains travaux mesurent l’intensité de la formation en entreprise à partir de données longitudinales, les résultats obtenus demeurent partagés. Les différences observées dans les résultats antérieurs peuvent être expliquées notamment par les données disponibles, le type de formation, la mesure de formation et les biais techniques influençant cette relation. Cette recherche s’appuie essentiellement sur la théorie du capital humain.Notre étude s’appuie sur les données de l’Enquête sur les milieux de travail et les employés (EMTE) de Statistique Canada de 1999 à 2005, auprès d’un échantillon de 1621 emplacements où, nous modélisons la relation entre la formation et la productivité à l’aide d’une fonction de production Cobb-Douglas, en intégrant les investissements en capital physique et une variable technologique. Ceci nous permet de montrer que les dépenses de formation contribuent à accroître la performance des établissements, via la productivité, de façon progressive dans le temps. Ces dépenses effectuées au cours d’une année donnée influent significativement sur la productivité jusqu’à trois années plus tard, là où elles atteignent leur maximum d’effet, pour se stabiliser par la suite. Toutefois, ces résultats permettent de soulever un paradoxe : celui de la rentabilité observée des dépenses de formation d’un côté, mais, de l’autre, l’hésitation du monde des affaires à investir en cette matière pour leurs propres employés. Nos résultats suggérent également que les investissements en formation au sein des entreprises devraient être considérés davantage comme un atout, plutôt qu’une simple obligation financière à l’appui d’une stratégie globale de développement des compétences au sein des entreprises.