Labour Studies Index

Private Governance, State Regulation and Employment Standards: How Political Factors Shape their Nexus in Australian Horticulture

Document type Article
Author Underhill, Elsa
Author Rimmer, Malcolm
Journal Relations Industrielles / Industrial Relations
Volume 72
Date 2017
ISSN 0034-379X, 1703-8138
Pages 33-55
URL http://www.erudit.org/fr/revues/ri/2017-v72-n1-ri03039/1039589ar/

Abstract

The global weakness of collective bargaining and state regulation has spawned growing interest in employment protection though private governance. However, scepticism about the efficacy of unsupervised codes of conduct has triggered debate about external discipline through state regulation. This article seeks to contribute to debates about the processes that shape the nexus between private governance and state regulation.It is based on an empirical study of Australian harvest workers who formally benefit from state regulation of pay and occupational health and safety (OHS). However, industry changes have undercut standards. Product market pressures from supermarkets squeeze growers’ capacity to pay. Also, the labour market is increasingly supplied by vulnerable Asian temporary migrants (including undocumented workers), often supplied to growers by unscrupulous temporary work agencies. While pay and OHS practices vary, many harvest workers are exploited. Nor is private governance (which extends to horticulture through the codes of conduct of supermarkets and peak temporary work agency bodies) effective. All codes draw their standards from minimum legal employment conditions, and all possess loopholes allowing breaches to escape attention and rectification.In 2015, media and political attention fell on the working conditions of temporary migrants in horticulture. Government inquiries found evidence of exploitation, but were divided over solutions. Progressive politicians (influenced by unions) favoured stronger state enforcement powers and temporary work agency licensing. Conservative politicians (influenced by business lobbies) claimed these steps would fail, and favoured the status quo. Political reform therefore stalled.This study illustrates the importance of political processes in shaping the nexus between state regulation and private governance. In this case, a political stalemate leaves both regulation and governance deficient. Lacking protection from either source, harvest workers remain exposed to exploitative employment conditions. // Dans une économie globalisée, la faiblesse de la négociation collective et de la régulation étatique a suscité un intérêt croissant envers la protection de l’emploi par le biais de la gouvernance privée. Toutefois, le scepticisme au sujet de l’efficacité de codes de conduite privés n’est pas sans soulever des questions au sujet de la discipline externe provenant de la régulation étatique. Cet article se veut une contribution aux débats entourant les processus qui façonnent les liens étroits entre la gouvernance privée et la réglementation de l’État.Il prend appui sur une recherche empirique menée auprès de travailleurs agricoles qui, formellement, devraient bénéficier de la régulation étatique en matière de salaire, ainsi que de santé et sécurité au travail(SST). Toutefois, des changements survenus dans les normes de l’industrie ont miné les normes existantes. Les pressions exercées par les supermarchés sur le marché des produits ont réduit la capacité de payer des producteurs. Également, le marché du travail australien est de plus en plus envahi par une main-d’oeuvre migrante asiatique temporaire (incluant des travailleurs sans papier), souvent référée aux producteurs par des agences de placement temporaire sans scrupules. Bien que les pratiques en matière de salaire et de SST soient variables, de nombreux travailleurs agricoles sont victimes d’exploitation. De plus, la gouvernance privée (qui s’étend à l’horticulture à travers les codes de conduite des supermarchés et de d’autres types d’agences de placement en période de pointes) ne s’avère pas efficace. Tous ces codes établissent leurs normes à partir des conditions légales minimales d’emploi, et tous comportent des échappatoires qui permettent d’échapper à l’attention, les infractions demeurant impunies.En 2015, l’attention médiatique et politique s’est portée sur les conditions de travail des travailleurs migrants temporaires. Des enquêtes gouvernementales ont fait ressortir la présence d’exploitation, sans toutefois donner lieu à des solutions partagées. Des politiciens progressistes (influencés par les syndicats) se sont déclarés en faveur d’un renforcement du pouvoir de l’État et d’un meilleur encadrement des agences de placement temporaire. Cependant, des politiciens conservateurs (influencés par les lobbies d’affaires) ont soutenu que cette approche était vouée à l’échec, préférant le statu quo. En conséquence, toute tentative de réforme politique est demeurée au point mort.Cette étude illustre l’importance des processus politiques qui façonnent le lien étroit entre la régulation étatique et la gouvernance privée. Dans le cas présent, l’impasse politique qui subsiste rend tant la réglementation que la gouvernance déficiente. Sans protection de l’une et de l’autre, les travailleurs agricoles demeurent sujets à de l’exploitation et à des conditions de travail difficiles.