Labour Studies Index

«Dialogue social» et variétés des capitalismes: une analyse de long terme

Document type Article
Author Gazier, Bernard
Author Boylaud, Olivier
Journal Relations Industrielles / Industrial Relations
Volume 70
Date 2015
ISSN 0034-379X, 1703-8138
Pages 671-697
URL http://id.erudit.org/iderudit/1034899ar

Abstract

Cet article vise à tester sur longue période l’hypothèse de convergence des relations industrielles dans les pays développés. Prenant acte de la persistance du débat sur ce point, notamment du fait de la crise actuelle, mais aussi de la diversité des conceptions sous-jacentes, il propose de partir d’un objet de comparaison non prédéterminé par une orientation préalable : le « dialogue social ». Ce concept, utilisé notamment dans le cadre du Bureau international du Travail (BIT), reste toutefois assez flou et appelle une réélaboration. Nous ajoutons aux pratiques d’information, concertation et de négociations collectives, des pratiques moins souvent prises en compte : les pratiques du paritarisme de gestion, de la codétermination, ainsi que l’intervention de l’État, cette dernière pouvant renforcer ou, au contraire, contraindre le dialogue social. Se limitant, pour la partie empirique, à l’ensemble formé par les négociations collectives, les pratiques de codétermination et l’intervention de l’État, l’article examine l’évolution de 19 pays de l’OCDE pour six indicateurs de 1985 à 2011. Le choix est fait de ne pas pondérer a priori l’importance de chaque indicateur, et de procéder à une analyse de données en composantes principales suivie d’une classification par nuées dynamiques. Il en résulte cinq groupes de pays, groupes dotés d’une assez forte stabilité, dont on étudie les transformations au cours du temps. Enfin, les groupes de pays sont examinés sous l’angle des performances économiques et sociales, en retenant la croissance du PIB et l’évolution du taux de chômage. On retrouve alors, sur une base non contrainte par une orientation a priori, les groupes classiquement distingués par les analyses comparatives : les groupes « anglo-saxons », « continentaux », « nordiques » et « méditerranéens », ainsi qu’un dernier groupe composé de la Suisse et du Japon. L’article conclut à la persistance de la diversité au regard du « dialogue social », y compris pour la période récente marquée par la crise.